18 décembre 1939

18 décembre 1939


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

18 décembre 1939

Décembre 1939

1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
> janvier

Guerre dans les airs

Une bataille aérienne féroce a lieu au-dessus de la baie Helgoland

Guerre en mer

sous-marin HM Ursule rapporte le naufrage d'un croiseur de classe Koln

Finlande

De nouvelles attaques soviétiques se développent sur les fronts de l'isthme et de l'Arctique



Aujourd'hui dans l'histoire de la Seconde Guerre mondiale—18 décembre 1939 & 1944

Il y a 80 ans, le 18 décembre 1939 : Bataille de Helgoland Bight : des avions allemands de la Luftwaffe abattent 10 des 22 bombardiers Wellington de la RAF et deux autres Wellington en mer.

Les troupes chinoises battent les Japonais à Longhua dans la province du Hubei et au col de Kunlunguan dans la province du Guangxi, en Chine.

Le porte-avions léger USS Cowpens roule dans une mer agitée dans le typhon Cobra, le 18 décembre 1944 (photo de l'US Navy)

Il y a 75 ans—déc. 18, 1944 : Lors de son premier raid incendiaire de masse, les B-29 du US Twentieth Bomber Command détruisent Hankow, en Chine, tenu par les Japonais.

Dans le typhon Cobra au large de Samar aux Philippines, la troisième flotte américaine perd des destroyers coque (202 tués), Monaghan (257 tués), et Spence (315 tués) - seuls 91 survivent sur les trois navires.


Barre latérale principale

S'ABONNER

Catégories

Derniers podcasts

Liens vers d'autres podcasts

Podcasts sur l'histoire navale australienne
Cette série de podcasts examine l'histoire navale de l'Australie, mettant en vedette une variété d'experts en histoire navale du Naval Studies Group et d'ailleurs.
Produit par le Naval Studies Group en collaboration avec le Submarine Institute of Australia, l'Australian Naval Institute, la Naval Historical Society et le RAN Seapower Center

Podcasts de la vie en ligne
Life on the Line traque les vétérans de guerre australiens et enregistre leurs histoires.
Ces enregistrements sont accessibles via Apple iTunes ou pour les utilisateurs Android, Stitcher.


18 décembre 1939 - Histoire

Ministre allemand (Blücher) à Helsinki au secrétaire d'État (Weizsäcker) au ministère allemand des Affaires étrangères

personnel et confidentiel Kilo, 18 décembre 1939.

Cher Baron Weizsäcker, Dans ma lettre du 7 décembre, j'ai pris la liberté de souligner que l'attaque russe contre la Finlande entraînera de graves dommages à notre économie de guerre. En attendant, malheureusement, tout cela est arrivé. Les Russes ont bloqué la côte ouest, ils ont coulé un navire allemand et depuis lors, toutes les liaisons maritimes entre l'Allemagne et la Finlande ont été coupées. Pour prendre un exemple, 600 tonnes de cuivre et un million d'œufs destinés à l'Allemagne ne peuvent pas être expédiés.
Je dois continuer à jouer le rôle de Cassandre, ce qui ne me plaît pas du tout.
Vous savez qu'en dépit de trois semaines de guerre, les Russes n'ont remporté aucune victoire décisive et qu'en matière d'équipement et de manière de combattre l'Armée rouge présente des lacunes notables. Selon toute probabilité, la guerre durera longtemps et de nombreuses complications peuvent survenir. Mais si l'on suppose que dans un avenir prévisible les Russes auront occupé le territoire finlandais, après qu'il aura été ravagé par le feu et déserté par ses habitants, comment se présentera alors la situation ?
Ce n'est pas la Suède qui détient la position clé dans la mer Baltique, mais la Finlande, y compris les îles d'Aringland. Nous aurions les Russes à Libau [Liepaja], Windau [Ventspils], Ösel [Saaremaa], Dagö [Hiiumaa], et aussi à Åland et Torneå [Tornio]. C'était le cas même à l'époque des tsars, bien sûr, mais aujourd'hui, avec l'efficacité des armes modernes, cela donne à la Russie une position tout à fait différente. Une grande puissance tenant ces positions domine le centre et le nord de la mer Baltique, ainsi que la Suède, dont la capitale et dont les mines sont exposées à l'action des armes modernes basées à Åland et Tornéaring. Tout le Nord serait alors sous l'influence de la Russie.
Aucune contre-attaque n'est possible contre cela, surtout pas à partir du territoire suédois.
Je sais que je ne dis rien de nouveau, mais cette lettre a pour but de montrer que ces pensées ont surgi à nouveau et sous une forme définie précisément sous l'impact des premières semaines de la guerre, que je vis ici. C'est pourquoi je vous envoie également un rapport en même temps, qui traite du même sujet.
Dans cette lettre privée, cependant, je veux aller au-delà du rapport et ajouter quelque chose que je ne peux pas reprendre dans le rapport, puisque j'ai reçu les instructions les plus strictes de votre part qu'il n'y a aucune possibilité de médiation.
Les un peu moins de trois semaines de guerre ont dû amener des Russes intelligents à se rendre compte que les sacrifices qu'ils ont consentis sont sans commune mesure avec les résultats obtenus, qu'il est plus que douteux qu'ils puissent et quand s'emparer de la Finlande et que même s'ils ont la possession, cela signifiera, outre un gain du point de vue de la politique de puissance, que de nouvelles et grandes difficultés.
D'un autre côté, les Finlandais ont vu que les Russes sont sérieux, et ils sont bien conscients du caractère dangereux de la situation. Il me semble qu'il ne fait aucun doute que le gouvernement finlandais serait maintenant disposé à céder sur le principal point de discorde, Hangouml.
Si le rôle d'honnête courtier a jamais été approprié à une situation politique, c'est bien ici, et aucun autre pays que l'Allemagne n'est en mesure de jouer ce rôle.
L'aventure russe en Finlande, si elle se poursuit, ne peut avoir que de mauvaises conséquences pour l'Allemagne. C'est pourquoi nous avons pour notre part le plus grand intérêt à guider avec tact les deux opposants vers un règlement.
C'est tout, et je m'attends à ce que vous anathématisez l'hérétique.
Si je pouvais demander une faveur, j'apprécierais si Herr von Grundherr était informé du contenu de cette lettre.
Avec Heil Hitler, un baiser sur la main de la baronne, et les meilleurs voeux pour la nouvelle année, je reste,
Le vôtre, etc.,

La source: Documents sur la politique étrangère allemande 1918-1945. Série D. Tome VIII. N° 471. Washington, Département d'État, publication 5436, 1954.


Aujourd'hui dans l'histoire de la Seconde Guerre mondiale—18 décembre 1939 & 1944

Il y a 80 ans, le 18 décembre 1939 : Bataille de Helgoland Bight : des avions allemands de la Luftwaffe abattent 10 des 22 bombardiers Wellington de la RAF et deux autres Wellington en mer.

Les troupes chinoises battent les Japonais à Longhua dans la province du Hubei et au col de Kunlunguan dans la province du Guangxi, en Chine.

Le porte-avions léger USS Cowpens roule dans une mer agitée dans le typhon Cobra, le 18 décembre 1944 (photo de l'US Navy)

Il y a 75 ans—déc. 18, 1944 : Lors de son premier raid incendiaire de masse, les B-29 du US Twentieth Bomber Command détruisent Hankow, en Chine, tenu par les Japonais.

Dans le typhon Cobra au large de Samar aux Philippines, la troisième flotte américaine perd des destroyers coque (202 tués), Monaghan (257 tués), et Spence (315 tués) - seuls 91 survivent sur les trois navires.


Maladie du légionnaire 1976

Une liste des plus grandes épidémies de grippe devrait inclure la maladie du légionnaire, a déclaré Hughes, bien qu'il ne s'agisse pas d'un virus de la grippe. Une bactérie appelée Legionella provoque les légionnaires, un type de pneumonie, ainsi nommé parce que la première épidémie documentée a eu lieu parmi des personnes assistant à une convention de la Légion américaine à Philadelphie en 1976. "Les légionnaires sont une énorme épidémie historique dans l'histoire des maladies infectieuses", a convenu Jeffrey Duchin, MD, professeur de médecine à la division des maladies infectieuses de l'Université de Washington à Seattle et membre du comité consultatif des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) sur les pratiques d'immunisation et de l'Infectious Disease Society of America Pandemic Influenza Force d'intervention.


Officiers

Un drapeau (Offizierslager) était un camp réservé aux officiers.

Un nombre limité de sous-officiers travaillant comme aides-soignants ont été autorisés à Oflags à effectuer le travail nécessaire pour prendre soin des officiers, alors ne soyez pas trop surpris de trouver un caporal à Colditz !

Quelques-uns de ces aides-soignants avaient été affectés en tant que « batmen » à des officiers supérieurs et ont été incarcérés avec eux, cependant, la plupart ont été affectés par les Allemands une fois capturés et beaucoup n'aimaient pas leur nouveau rôle intensément et en souffraient.

par exemple. L'« homme » du commandant d'escadre et as de l'air Douglas Bader était un infirmier de profession et, selon la Convention de Genève, il s'est vu proposer un rapatriement anticipé, mais Bader, son officier, a refusé de le laisser partir !

De même, il y avait des stalags qui ne contenaient que des officiers, appelés nominalement « Stalag », mais en réalité, plus un « Oflag », il s'agissait généralement de l'enceinte d'un plus grand camp de prisonniers de guerre abritant également d'autres rangs, ou d'un Stalag Luft où la plupart des équipages étaient des grades d'officier.

En général, l'armée allemande se conformait aux dispositions de la Convention de Genève concernant la prise en charge des officiers des armées des Alliés occidentaux, y compris la Pologne.

Il y avait des exceptions notables, par exemple, l'exécution de prisonniers repris.

Oflag IX-C (Molsdorf) était utilisé pour abriter les femmes officiers de l'armée polonaise et était largement connu (même par la Croix-Rouge internationale) comme le pire de tous ceux dirigés par les forces allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale pour ses conditions proches des camps de concentration.

Stalag Luft III (Sagan) était le camp rendu célèbre pour ses multiples tunnels et son évasion massive en 1944 « La grande évasion », 50 prisonniers de guerre récupérés ont été assassinés par la Gestapo. (abréviation de « Geheime Staats Polizei » : police d'État secrète).

Les Archives nationales détiennent plus de 100 dossiers concernant le meurtre de 50 aviateurs alliés qui se sont échappés du Stalag Luft III en mars 1944 : un incident connu sous le nom de « La Grande Évasion » dont la lecture est fascinante.

Au sein du camp, les prisonniers de guerre britanniques étaient contrôlés par l'officier supérieur britannique (SBO) ou le sous-officier britannique supérieur (SBNCO). Certains grands camps avaient à la fois un chef de camp et un « homme de confiance » (ou plusieurs dans les plus grands camps) qui était son cadet et s'occupait des négociations quotidiennes avec les Allemands concernant, par exemple, la routine du camp, les horaires de travail et régime. Il/elles rendaient compte directement aux représentants du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) qui étaient chargés d'inspecter les camps et les hôpitaux et de produire des rapports.


18 décembre 1939 - Histoire

Période britannique - Règle coloniale 1919-1947

Les Britanniques ont répondu à l'aide indienne pendant la Première Guerre mondiale en adoptant en 1919, le Loi Rowlatt. Cela a permis au gouvernement d'emprisonner n'importe qui sans procès ni condamnation. Il y a eu de nombreuses protestations contre cette loi. Le 13 avril 1919, des milliers de personnes se sont rassemblées pacifiquement pour protester contre cette loi à Jallianwala Bagh, Amritsar Punjab. Les troupes britanniques ont marché jusqu'au parc accompagnées d'un véhicule blindé sur lequel étaient montées des mitrailleuses. Le véhicule n'a pas pu entrer dans l'enceinte du parc en raison de l'étroitesse de l'entrée. Les troupes étaient sous le commandement de Général Réginald Edward Harry Dyer. Il a ordonné à ses hommes d'ouvrir le feu sur le rassemblement pacifique. Comme il n'y avait pas d'autre issue que celle déjà occupée par les troupes, les gens ont désespérément tenté de sortir du parc en essayant d'escalader les murs du parc. Certaines personnes ont également sauté dans un puits pour échapper aux balles. Plus d'un millier de personnes, dont des femmes et des enfants, ont été massacrées. Sir Michael O Dwyer, qui était le gouverneur de la région du Pendjab, a soutenu le massacre. L'événement a été condamné dans le monde entier et le général Dyer a été convoqué à Londres par la Commission Hunter en 1920, l'a déclaré coupable. Cependant, le Parlement britannique a blanchi son nom et a même loué sa cruauté. De nombreux Britanniques ont levé un fonds en son honneur.

« Massacre de Jalianwala Bagh » catalysé le mouvement militant contre la domination britannique et a ouvert la voie à Gandhi Mouvement de non-coopération contre les Britanniques en 1920. Après la fin de la Première Guerre mondiale, le Khalifa turc a été supprimé, ce qui a entraîné une protestation mondiale des musulmans. Sous la direction des frères Ali, Maulana Muhammad Ali et Maulana Shaukat Ali, les musulmans d'Asie du Sud ont lancé l'historique Mouvement Khilafat. Gandhi a lié la question de Swaraj à la question de Khilafat pour rassembler les hindous et les musulmans en un seul mouvement. Les Mouvement de désobéissance civile ou de non-coopération a été commencé. Le mouvement qui s'ensuivit fut le premier mouvement populaire à l'échelle nationale. Cela a commencé par le retour des titres honorifiques donnés par les Britanniques, puis s'est poursuivi par un boycott des législatures, des élections et des travaux du gouvernement. Des vêtements étrangers ont été brûlés et Khadi (tissu tissé à la maison) est devenu un symbole de liberté. À la fin de 1921, tous les dirigeants importants, à l'exception de Gandhi, étaient en prison. En février 1922, à Chaurichaura, Uttar Pradesh, la violence éclate et Gandhi annule le mouvement. Il a ensuite été arrêté et le mouvement a pris fin.

Deshbandhu Chitt Ranjan Das , de même que Motilal Nehru, a fondé le Fête Swaraj en 1923 pour le maintien de la participation continue aux conseils législatifs. Le parti fut bientôt reconnu comme l'aile parlementaire du Congrès. Au Bengale, de nombreux candidats présentés par le parti Swaraj ont été élus. Le gouverneur a invité C.R. Das à former un gouvernement mais il a refusé. Le parti est devenu une puissante opposition au Conseil législatif du Bengale et a infligé des défaites à trois ministères. La loi municipale de Calcutta de 1923 a été un jalon majeur dans l'histoire de l'autonomie locale en Inde. Les Swarajistes ont été élus à la Calcutta Corporation à la majorité en 1924. Deshbandhu a été élu maire et Subash Chandra Bose a été nommé directeur général. Les dirigeants du Parti Swaraj ont commencé à plaider pour statut de domination en Inde. De nombreux députés élus ont vite oublié l'obstruction et ont commencé à coopérer avec le gouvernement (projet de loi sur l'autonomie tarifaire adopté, 1923). En 1924, Gandhi a été libéré de prison en raison d'une mauvaise santé et a été élu président du Congrès national indien. 1925 a vu la première femme devenir présidente du Congrès national indien lorsque Sarojini Naidu a été élu président de la session de Kanpur.

Les révolutionnaires du nord de l'Inde organisés sous la direction des anciens vétérans, Ramprasad Bismil, Jogesh Chatterjee, Chandrashekhar Azad et Sachindranath Sanyal dont « Bandi Jiwani » a servi de manuel au mouvement révolutionnaire. Ils se sont rencontrés à Kanpur en octobre 1924 et ont fondé l'Association républicaine de l'hindoustan (HRA) pour organiser la révolution armée afin de renverser le régime colonial et d'établir à sa place une République fédérale des États-Unis d'Inde.

Gopinath Saha en janvier 1924 a tenté d'assassiner Charles Tegart, le commissaire de police détesté de Calcutta. Par une erreur, un autre Anglais nommé Day a été tué. Gopinath Saha a été arrêté et exécuté malgré des protestations à grande échelle. L'action la plus importante de la HRA a été l'épisode du train Kakori. Le 9 août. 1925, dix hommes dans le train 8-Down à Kakori, un village obscur près de Lucknow, ont pillé son trésor ferroviaire officiel. La réaction du gouvernement a été rapide et dure. Il a arrêté un grand nombre de jeunes hommes et les a jugés dans l'affaire Kakori, Ashfaqullah Khan, Ramprasad Bismil, Roshan Singh, Rajendra Lahiri ont été pendus, quatre autres ont été envoyés à perpétuité aux Andaman et dix-sept autres ont été condamnés à de longues peines d'emprisonnement. Chandrashekhar Azad resté en liberté. En 1927, le Commission Simon a été nommé par le gouvernement britannique pour suggérer des réformes politiques en Inde. Sir John Simon et six autres membres de la commission étaient britanniques. Lors de la réunion du Congrès à Madras en 1927, il a été décidé de boycotter la commission. La formation de la Commission Simon a conduit à des manifestations à grande échelle dans toute l'Inde.

L'affaire Kakori a été un revers majeur pour les révolutionnaires du nord de l'Inde. Mais bientôt de jeunes hommes comme Bejoy Kumar Sinha, Shiv Varma et Jaidev Kapur en U.P., Bhagat Singh, Bhagwati Charan Vohra et Sukhdev au Pendjab a entrepris de réorganiser la HRA sous la direction générale de Chandrashekhar Azad. Enfin, presque tous les jeunes révolutionnaires majeurs du nord de l'Inde ont rencontré un terrain de Ferozeshah Kotla à Delhi les 9 et 10 septembre 1928, ont créé une nouvelle direction collective, ont adopté le socialisme comme objectif officiel et ont changé le nom du parti en Association républicaine socialiste hindoustan (HRSA ).

Lala Lajpat Raï est décédé à la suite d'une brutale charge de lathi alors qu'il dirigeait une manifestation de la Commission anti-Simon à Lahore le 30 octobre 1928. La direction romantique de la jeunesse de la HSRA a vu la mort de ce grand chef Punjabi, populairement connu sous le nom de Sher-e -Punjab, comme défi direct. Et ainsi, le 17 décembre 1928, Bhagat Singh, Azad et Rajguru assassiné, à Lahore, Saunders, un fonctionnaire de police impliqué dans une charge lathi mortelle sur Lala Lajpat Rai.

Bhagat Singh et Batukeshwar Dutt a lancé une bombe à l'Assemblée législative centrale le 8 avril 1929 pour protester contre l'adoption du projet de loi sur la sécurité publique et le projet de loi sur les différends commerciaux qui réduiraient les libertés civiles des citoyens. Le but n'était pas de tuer, car les bombes étaient relativement inoffensives. Le tract qu'ils ont jeté dans la salle de l'Assemblée disait « Si les sourds veulent entendre, le son doit être très fort ». L'objectif était de se faire arrêter et d'utiliser le tribunal de première instance comme forum de propagande afin que les gens se familiarisent avec leur mouvement et leur idéologie. Bhagat Singh et B.K. Dutt ont été jugés dans le Cas de bombe d'assemblage.

Bhagat Singh, Sukhdev, Rajguru et de nombreux autres révolutionnaires ont été jugés dans une série d'affaires de complot. Au cours du procès, ils ont dit - « Quand nous avons largué la bombe, nous n'avions pas l'intention de tuer qui que ce soit. Nous avons bombardé le gouvernement britannique. Les Britanniques doivent quitter l'Inde et la libérer." Leur attitude intrépide et provocante devant les tribunaux et leurs slogans 'Inquilab Zindabad,' des chansons telles que 'Sarfaroshi ki tamanna ab hamare dil mein hain' et 'Mera a sonné de basanti chola' est devenu très populaire dans toute l'Inde.
Bhagat Singh, Rajguru & Sukhdev sont devenus des symboles de la lutte indienne contre la domination britannique. Ils sont devenus une source d'inspiration pour de nombreux jeunes qui voulaient voir l'Inde indépendante. Sukhdev et Rajguru ont été exécutés le 23 mars 1931 et Bhagat Singh le 24 mars 1931. Des millions de personnes en Inde ont pleuré et refusé de manger, d'aller à l'école ou de poursuivre leur travail quotidien, lorsqu'elles ont entendu parler de leur pendaison.

Chandrashekhar Azad avait échappé à l'arrestation et il continua à organiser la jeunesse révolutionnaire. Mais le 27 février 1931, Azad fut trahi par un informateur et encerclé par une énorme troupe de troupes britanniques dans le parc Alfred, à Allahabad. On lui a demandé de se rendre mais Azad a refusé. Pendant plusieurs heures, il s'est battu seul contre des centaines de policiers. Il a continué à se battre jusqu'à la dernière balle. Ne trouvant pas d'autre alternative que la reddition, Azad s'est suicidé.

Un grand nombre de révolutionnaires ont été reconnus coupables dans l'affaire du complot de Lahore et d'autres affaires similaires et condamnés à de longues peines d'emprisonnement, dont beaucoup ont été envoyés aux Andamans. Les sous-procès révolutionnaires ont entamé une grève de la faim pour protester contre les conditions horribles dans les prisons. Ils ont exigé qu'ils soient traités comme des prisonniers politiques et non comme des criminels. Le 13 septembre, après 64 jours d'une grève de la faim épique Jatin Das, le jeune homme à la volonté de fer du Bengale est mort. La nation entière s'est ralliée aux grévistes de la faim. Des milliers de personnes sont venues lui rendre hommage à chaque gare traversée par le train transportant son corps de Lahore à Calcutta. À Calcutta, une procession longue de trois kilomètres de plus d'un demi-million de personnes a transporté son cercueil jusqu'au lieu de crémation.

Mouvement Satyagraha de Gandhi et montée de Sardar Patel et Jawaharlal Nehru

Vallabhbhai Patel, qualifié comme avocat en 1913 et est retourné en Inde pour exercer une pratique lucrative à Ahmedabad. Mais peu de temps après, suivant les traces de Gandhi, Vallabhbhai se mit à filer la charkha, boycotta les biens et les vêtements étrangers et brûla ses possessions étrangères sur des feux de joie publics. Il a même jeté les robes occidentales qu'il convoitait autrefois. La relation entre Gandhiji et Vallabhbhai a été concrètement définie lorsque Gandhiji a été élu président du Gujarat Sabha et Vallabhbhai le secrétaire, en 1917. Il a participé au drapeau de Nagpur satyagraha de mai à août en 1923 pour protester contre l'arrêt d'un cortège qui portait le drapeau national. En 1928, Vallabhbhai vint à nouveau au secours des agriculteurs, cette fois à Bardoli, qui faisait alors partie du district de Surat. Le gouvernement a augmenté la taxe foncière. Ceux qui n'étaient pas en mesure de payer les impôts élevés, leurs terres ont été confisquées. Vallabhbhai a exhorté les agriculteurs à ne pas payer, déclarant la hausse injuste. Il a préparé les fermiers pour le satyagraha. Le Satyagraha a duré six mois. Finalement, le gouvernement a accepté de mener une enquête sur la justification de la hausse des taxes, a libéré les satyagrahis et a rendu tous les articles confisqués aux agriculteurs. Gandhiji était si heureux des efforts de Vallabhbhai qu'il lui donna le titre de "Sardar" ou leader.

En 1929, Lord Irwin promet le statut de Dominion à l'Inde. Cette année a également vu l'essor de Jawaharlal Nehru, qui était destiné à devenir le premier premier ministre de l'Inde libre. Jawaharlal Nehru était le fils du président du congrès Motilal Nehru. Jawaharlal a fait ses études en Grande-Bretagne d'où il a obtenu son diplôme d'avocat. Après le massacre de Jalianwala Bagh en 1919, il rejoint la lutte pour la liberté. Lors de la session de Lahore du Congrès en 1929, sous le président Jawaharlal Nehru, la résolution de "Poorna Swaraj", Indépendance complète, a été adoptée. Le 21 décembre 1929, le drapeau de la Trianga (tricolore) est déployé. Le 26 janvier 1930, le premier Jour de l'Indépendance a été célébré. Le mouvement de désobéissance civile a été lancé ainsi que le mouvement pour ne plus se soumettre à la domination britannique. Nehru a passé la majeure partie de la période de 1930 à 1936 en prison pour avoir mené des campagnes de désobéissance civile.

Le 12 mars 1930, Gandhi ont marché de Sabarmati Ashram à Dandi, pour protester contre « le monopole de l'État sur le sel » souvent appelé le Marche Dandi. La marche était de 375 km et a duré 26 jours. À la suite de cette marche, toute l'Inde s'est jointe à la campagne pour boycotter les produits étrangers et a refusé de payer des impôts. Sardar Patel est parti pour Dandi pour se préparer au sel satyagraha de Gandhiji. Il se rend dans les villages pour organiser la nourriture et le logement des marcheurs. Dans chaque village où il est allé, il a prononcé des discours émouvants, incitant les gens à se joindre à la marche vers Dandi. Le gouvernement a fait irruption et l'a arrêté alors qu'il se trouvait dans le village de Ras. C'était la première peine de prison de Sardar Patel.

Khan Abdul Ghafar Khan a commencé le mouvement Khudai Kidmatgar dans le nord-ouest de l'Inde. Le gouvernement a emprisonné 90 000 personnes qui participaient au mouvement la première année.

Premières tables rondes a eu lieu en novembre 1930 a réuni quatre-vingt-neuf délégués de différents groupes religieux, politiques et états princiers. Le Congrès national indien, alors engagé dans la désobéissance civile, n'était pas représenté. Faute de représentation du Congrès et préoccupée par les problèmes de fédération, la première conférence s'ajourne en janvier 1931, sans avoir fait de progrès appréciables sur la question de la représentation communale. Sardar Patel, a été libéré après la Pacte Gandhi-Irwin de mars 1931. Gandhi a signé le Pacte au nom du Congrès et par Lord Irwin au nom du Gouvernement. Les termes de l'accord comprenaient la libération immédiate de tous les prisonniers politiques non condamnés pour violence, la remise de toutes les amendes non encore perçues, la restitution des terres confisquées non encore vendues à des tiers et un traitement clément pour les employés du gouvernement qui avaient démissionné. Le gouvernement britannique a également concédé le droit de faire du sel pour la consommation dans les villages le long de la côte, ainsi que le droit de piquetage pacifique et non agressif. Cette année-là, Sardar Patel a présidé la session du Congrès à Karachi.

Les deuxième table ronde ouvert à Londres le 7 septembre 1931. Deux comités ont été formés pendant la conférence - des comités sur la structure fédérale et les minorités. Gandhi était membre des deux et il a affirmé qu'il représentait toute l'Inde et a rejeté les autres délégués indiens comme non représentatifs parce qu'ils n'appartenaient pas au Congrès. Il y avait un sérieux désaccord sur la question de la représentation communale entre le Congrès et d'autres groupes minoritaires. Gandhi revint de la conférence et continua le mouvement de désobéissance civile et fut de nouveau arrêté. Les troisième table ronde a commencé le 17 novembre 1932. Ce fut court et sans importance. Le Congrès et l'opposition travailliste au Parlement britannique étaient tous deux absents. Les rapports des divers comités ont été examinés. La conférence prit fin le 25 décembre 1932.

Lutte révolutionnaire continue et rôle des femmes révolutionnaires La plupart des historiens écrivent sur le rôle dominant de Gandhi et du Congrès pendant le mouvement de liberté indien des années 1930, mais seuls quelques-uns mentionnent le mouvement révolutionnaire qui s'est poursuivi dans différentes parties de l'Inde. Certains de ces dirigeants révolutionnaires ont travaillé au congrès mais ont ensuite été déçus par le satyagraha non-violent de Gandhi. Parmi les nouveaux « groupes révolutionnaires », le plus actif et le plus célèbre était le groupe Chittagong dirigé par Surya Sen. Il a activement participé au mouvement de non-coopération et était populairement connu sous le nom de Masterda . Arrêté et emprisonné pendant deux ans, de 1926 à 1928, pour activités révolutionnaires, il continue de travailler au Congrès. Le 18 avril 1930, un groupe de cinquante-six révolutionnaires sous la direction de Surya Sen, Ganesh Ghosh et Loknath Baul capturé deux armureries de la police à Chittagong. Ils ont hissé le drapeau national parmi les cris de Bande Mataram et Inquilab Zindabad et proclamé Gouvernement révolutionnaire provisoire. C'est sur la colline de Jalalabad que plus d'un millier de soldats du gouvernement britannique les ont encerclés dans l'après-midi du 22 avril. Après un combat acharné, au cours duquel plus de quatre-vingts soldats britanniques et douze révolutionnaires sont morts, Surya Sen a décidé de se disperser dans le village voisin qu'ils ont formé en petits groupes et a mené des raids sur le personnel et les biens du gouvernement. Ils ont continué leur combat contre l'armée britannique pendant plus de 3 ans. Surya Sen est finalement arrêté le 16 février 1933, jugé et pendu le 12 janvier 1934.

La participation à grande échelle des jeunes femmes à la lutte pour la liberté sous la direction de Surya Sen a caractérisé cette phase du mouvement révolutionnaire. Ces femmes ont fourni des abris, ont agi comme messagères et ont combattu les armes à la main. Preetilata Waddekar est mort lors d'un raid, alors que Kalpana Dutt a été arrêté et jugé avec Surya Sen et condamné à la réclusion à perpétuité. En décembre 1931, deux écolières de Kummilla au Bengale, Shanti Gosh et Suneeti Chaudhary, abattit les magistrats du district. En décembre 1932, Beena Das a tiré à bout portant sur le gouverneur alors qu'il recevait son diplôme à la collation des grades. Au Nagaland, Rani Gaidilita, une fille de 13 ans a levé un drapeau contre les Britanniques et a été emprisonnée à perpétuité en 1932.

En 1935, la loi sur le gouvernement de l'Inde a été adoptée par le Parlement britannique. Cela a créé une fédération de tous les Indiens basée sur l'autonomie provinciale. Le Congrès a balayé 7 des 11 provinces en juillet 1937. La Ligue musulmane, qui prétendait représenter les musulmans indiens, a obtenu moins d'un quart des sièges réservés aux musulmans. Alors que les prisonniers politiques ont été libérés et les libertés civiles promues, les limitations de la loi de 1935, peu de réalisations réelles ont été réalisées. La Ligue musulmane s'en sort mal aux élections. Mohamed Ali Jinnah, le président permanent de la Ligue musulmane, a lancé des rumeurs selon lesquelles la minorité musulmane était en danger sous la majorité hindoue et a promu un plan à deux nations distinctes. En 1940, la Ligue musulmane a adopté une résolution exigeant que le Pakistan devienne un pays séparé après l'indépendance.

Subhash Chandra Bose est né en 1897. Il a été sélectionné pour la fonction publique indienne mais a démissionné et est retourné en Inde en 1921. Il a rejoint le parti Swarjya du CR Das au Congrès de Gaya en 1922. En 1930, il a été élu maire de Calcutta et est devenu un éminent dirigeant de Mouvement de liberté indien. En 1933-36, Subhash Bose a rencontré plusieurs dirigeants européens éminents et a essayé de les persuader d'aider l'Inde dans sa lutte pour la liberté contre le colonialisme britannique. Beaucoup de gens ont remis en question le leadership de Gandhi. Subhash Chandra Bose et Vithalbhai Patel (frère de Sardar Patel) dans une déclaration forte avait dit en 1933 que 'M. Gandhi en tant que leader politique a échoué » et a appelé à « une réorganisation radicale du Congrès sur un nouveau principe avec une nouvelle méthode, pour laquelle un nouveau leader est essentiel ». Subhash est retourné en Inde en 1936 et a été arrêté. Dans 1938 il a été élu président du Congrès indien et a prononcé le discours historique à la convention de Haripura. Subhash a apporté de nouvelles idées au Congrès et voulait un mouvement rapide vers le lancement d'une lutte pour la liberté. Gandhi et Nehru étaient favorables à l'aide aux Britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale et contre tout mouvement sérieux qui pourrait nuire aux efforts de guerre britanniques. Subhash Bose s'est fortement opposé à cette idée. Sardar Patel, Rajendra Prasad, J.B. Kripalani, Jawaharlal Nehru et Gandhi ont soutenu Pattabhi Sitaramayya comme candidat au poste de président du Congrès contre Subhash en 1939. Subhas Bose a été élu le 29 janvier par 1580 voix contre 1377. Gandhi a déclaré que "La défaite de Pattabhi est ma défaite". Ne voulant pas embarrasser ces dirigeants et en raison de fortes divergences politiques avec Gandhi et Nehru, Subhash a démissionné et a formé la nouvelle organisation Forward Block. Subhash est devenu plus tard président de Armée nationale indienne, qui a joué un rôle crucial pendant la dernière partie du mouvement de liberté indien.

Le 1er septembre 1939, les troupes allemandes envahissent la Pologne. La Grande-Bretagne et la France ont déclaré la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939. Le début de la Seconde Guerre mondiale a précipité la fin de la domination britannique en Inde. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Congrès a déclaré que s'il voulait la coopération de l'Inde, il devait lui donner le droit à l'autodétermination. Les Britanniques ont refusé et en 1939, les ministères provinciaux dirigés par le Congrès ont démissionné. Le rôle de Gandhi au cours de cette période a de nouveau été controversé. En octobre 1940, Gandhi a appelé à un Satyagraha limité afin que le mouvement ne nuise pas sérieusement à l'effort de guerre britannique. Beaucoup de ses collègues les plus proches et la base du Congrès national indien ne pouvaient se résoudre à accepter la faisabilité de défendre le pays contre l'agression sans recourir aux armes. Pendant la guerre, chaque fois qu'il y avait une possibilité de rapprochement entre le Congrès et le gouvernement pour un effort de guerre uni, Gandhi s'est retiré.

Udham Singh avait vu son frère se faire tuer dans le massacre de Jalianwala alors qu'il était enfant. Vingt et un ans plus tard, il se vengea de ce massacre en tuant Sir Michael O'Dwyer le 13 mars 1940. Sir Michael O'Dwyer était gouverneur du Pendjab au moment du massacre de Jalianwala Bagh et avait fortement soutenu le massacre. Udham Singh a été capturé et exécuté le 31 juillet 1940.

En 1942, Stafford Cripps dirige le Mission Cripps, a promis le statut de Dominion avec le droit de sécession mais a refusé de permettre le transfert immédiat du pouvoir. Les dirigeants indiens ont refusé d'accepter les promesses. Sous la pression énorme de ses collègues du Congrès, Gandhi a accepté un mouvement indépendant de masse. Les Quitter la résolution de l'Inde a été adoptée en 1942, session de Bombay du Congrès. Gandhi a souligné: "Nous libérerons l'Inde ou mourrons dans la tentative. Nous ne vivrons pas pour voir se perpétuer notre esclavage". Ceci est connu sous le nom de "Do or Die". Cela a été déclaré illégal par le gouvernement britannique et tous les dirigeants éminents ont été arrêtés. Il y eut des révoltes partout en Inde avec le slogan de "Les Britanniques ont quitté l'Inde".

Mohan Singh, un officier indien de l'armée indienne britannique qui n'a pas rejoint l'armée britannique en retraite en Malaisie a d'abord conçu l'idée de l'armée nationale indienne et a demandé l'aide japonaise. Des prisonniers de guerre indiens ont été remis par les Japonais à Mohan Singh qui a ensuite tenté de les recruter dans une armée nationale indienne. Le 1er septembre 1942, la première division de l'INA est constituée avec 16 300 hommes. Mais plus tard, en raison de différends avec le japonais, Mohan Singh a été arrêté. Accompanied by Rashbehari Bose, Netaji arrived at Singapore from Tokyo on 27 June. He was given a tumultuous welcome by the resident Indians and was profusely 'garlanded' wherever he went. His speeches kept the listeners spellbound. By now, a legend had grown around him, and its magic infected his audiences. He went to Tokyo and Prime Minister Tojo declared that Japan had no territorial designs on India. The Provisional Government of Free India was formed on 21 October 1943. INA was now known as Azad Hind Fauz (Free India Army) It was reorganized with the creation of a second INA division and even a women s regiment known as Rani Jhansi regiment was created. Subhash Chandra Bose was popularly called Netaji by his followers. His call of Tum mujhe Khun dou mai tumhe Azadi dunga (I promise you freedom, if you are ready to spill your blood) encouraged thousands youths to join the freedom movement.

The Provisional Government of free India formed under Netaji declared war on Britain. In March - April 1944 INA set its foot inside India and captured large parts of Manipur. On April 6th 1944 Kohima, a major city was captured. Indian tricolor (flag) was raised inside free India. But soon the balance of power in World War II shifted in favor of British and allied forces. With defeat of Japan and German forces the INA was forced to retreat from Kohima. Thousands of INA soldiers died fighting British and many were captured. Despite the defeat Subhas Chandra Bose and his INA became household names throughout the country as the British prosecuted the returning soldiers. Subhash Chandra Bose escaped to Japan and some reports say he died in an air-crash while others say he survived the air-crash. His ultimate fate remains unknown till date.

First partition of Bengal in 1905 had sowed the seeds of division of India. Many Muslim leaders had started entertaining the idea of a separate Muslim dominated country. Gandhi s initial stand was that India should not be partitioned into two nations after Independence. Muhammad Ali Jinnah was the leader of Muslim League, a self-proclaimed champion of Muslim cause. Although Muslim League never had popular support amongst Indian Muslims, British always supported Muslim League. The Muslim League adopted the Pakistan demand in its Lahore resolution in 1940. The demand stated that the geographically contiguous regions of India where the Muslims are a majority like the North West and the Eastern side of India should be constituted as independent states.

On September 19, 1944, Gandhi-Jinnah talks began in Bombay over partition of India and creation of Pakistan. Gandhi insisted that he came in his personal capacity and was not representing Hindus or Congress. During the talks Jinaah insisted on the need for a separate Muslim state (Pakistan) while Gandhi tried to impress that India needs to remain a united one country. Talks ended on September 24, 1944 without any conclusion.

On the 21st of February 1946, mutiny broke out on board the Royal Indian Navy. Mutiny in Royal Indian Navy was quickly controlled. Mutiny in Royal Indian Navy only highlighted the amount of discontent amongst the Indian troops who were serving British Raj. As a result of the Indian National Army s exploits in World War II, British had already started doubting the loyalty of the British Indian soldiers who formed the bulk of troops in India. Afraid of further revolts in armed forces British planned to quickly hand over power to Indian political establishment. Events like INA s capture of Kohima in World War II and Indian Navy mutiny were probably not significant militarily but were a psychological blow to the confidence of British government, which hastened Indian Independence.

Cabinet Mission plan (1946 ) - To end the dead lock between Congress and Muslim League on the issue of creation of Pakistan, British Government sent a group of ministers. The mission consisted of Lord Pethic Lawrence, the Secretary of State for India, Sir Stafford Cripps, President of the Board of Trade, and A. V. Alexander, the First Lord of the Admiralty.

The main points of the plan were:

1. There would be a union of India comprising both British India and the Indian States that would deal with foreign affairs, defense and communications. The union would have an Executive and a Legislature.

2. All residuary powers would belong to the provinces.

3. All provinces would be divided into three sections. Provinces could opt out of any group after the first general elections.

4. There would also be an interim government having the support of the major political parties.

Both Congress and Muslim League agreed to the Cabinet mission plan. But Jawaharlal Nehru made an astonishing statement while addressing a press conference on July 10. He said that the Congress had agreed to join the constituent assembly, but it would be free to make changes in the Cabinet Mission Plan.

Jinnah and Muslim League who were forced to accept the Cabinet Mission Plan earlier now pounced on the blunder made by Jawaharlal Nehru. Muslim League disassociated itself from the Cabinet Plan and resorted to "Direct Action" to achieve Pakistan.

Viceroy Wavell invited the Congress to join the interim government.

On 16th August 1946, mob violence and rioting erupted in Calcutta and many people died. On October 14, 1946, to reduce the increasing communal tension Lord Wavell, invited Muslim League participate in the interim Government led by Congress.

Second blunder made by Nehru was to give the post of Finance Minister to Muslim League nominee Liaquat Ali Khan who tried to win the favor of Indian Muslims by presenting a budget that favored Muslims.

On December 9, 1946 the Congress started framing the Indian Constitution. On March 22, 1947, Lord Mountbatten arrived as the last Viceroy. It was announced that power would be transferred from British to Indian hands by June 1948. Lord Mountbatten entered into a series of talks with the Congress and the Muslim League leaders. Jinnah insisted on creation of Pakistan as a separate country for Indian Muslims. Congress also agreed to the partition of India. Gandhi who had previously said that India would be partitioned over my dead body now agreed to the partition plan. Mountbatten now prepared for the partition of the Sub-continent and announced it on June 3, 1947. The Congress and the Muslem League agreed that India would become free on August 15, 1947. The country would be partitioned under the guidance of the Red Cliff Mission.

On 15th August 1947 India became an independent country and Pakistan was also formed. Jawaharlal Nehru took oath as the first Prime Minister of Independent India. Massive exodus of population from Islamic Pakistan to India took place. Nearly the whole Hindu population living in Pakistan s Punjab and Sindh and East Bengal migrated to India. Large numbers of Hindus were killed in the riots in Pakistan and many others were forcibly converted to Islam. Only a few Hindus survived in Islamic republic of Pakistan. Muslims from Independent India also migrated to Pakistan and many Muslims were killed in riots that took place in India. But majority of Muslims preferred to stay in India and were given equal rights in secular India. The Muslim population of Independent India was much bigger than that of Independent Pakistan. Indian independence was scarred by the trauma and bloodshed of partition.


B+W aerial photo of S.S. Noordam of Holland America Line, arriving in N.Y. harbor, Oct. 7, 1938. - Print, Photographic

Black-and-white aerial photo of the S.S. Noordam of Holland America Line, arriving in New York harbor on her maiden voyage, October 7, 1938. 8" x 10" wide print. Photographer not indicated. Reverse blank. View is northeast with the Battery in Manhattan seen in the background as the ship heads to Holland America pier in Hoboken. Although ship is not identified on back, it is apparent that it is the same one as in photo catalog 2014.046.0306. ==== Adriaan P.L Roggeveen Collection. Gift of Robert Roggeveen. Provenance: Collection of Adriaan P.L. Roggeveen. He was the former Operations Manager of Holland America operations in Hoboken, retiring in 1953. ---- ocean liner / transportat


Fact File : Conscription Introduced

Emplacement: Britain
Résultat: The British armed forces increased in number by more than 1.5 million by the end of the year conscription was introduced.

The Emergency Powers (Defence Act) of August 1938 had empowered the British government to take certain measures in defence of the nation and to maintain public order.

The Defence Act contained around 100 measures aimed at calling up military reservists and Air Raid Precautions (ARP) volunteers for mobilisation. It's estimated that about half a million people also volunteered to join the ARP, the Territorial Army (TA) and the RAF Volunteer Reserve. But volunteers were not enough.

The Military Training Act of 27 April 1939 responded to Hitler's threat of aggression in Europe. All British men aged 20 and 21 who were fit and able were required to take six months' military training. Even so, when war broke out the British Army could muster only 897,000 men, compared to France's five million.

Another act of parliament was necessary to increase the numbers. The National Service (Armed Forces) Act made all able men between the ages of 18 and 41 liable for conscription as part of the legislation it was decided that single men would be called to war before married men.

Men aged 20 to 23 were required to register on 21 October 1939 - the start of a long and drawn-out process of registration by age group, which only saw 40-year-olds registering in June 1941.

By the end of 1939 more than 1.5 million men had been conscripted to join the British armed forces. Of those, just over 1.1 million went to the British Army and the rest were split between the Royal Navy and the RAF.

The fact files in this timeline were commissioned by the BBC in June 2003 and September 2005. Find out more about the authors who wrote them.


Voir la vidéo: Journal de guerre, semaine du 18 novembre 1939.


Commentaires:

  1. Yardley

    Il fait tellement chaud à Moscou, mais vous avez encore assez de force pour écrire ...

  2. Derrill

    Le bon résultat se révèle

  3. Uthman

    Cette information est incorrecte

  4. Vomuro

    Je m'excuse, mais, à mon avis, ce sujet n'est plus d'actualité.

  5. Faubar

    Et qu'est-ce qu'on fait sans ta grande phrase

  6. Padraic

    Merci pour l'article, vous écrivez bien!

  7. Tobias

    Je crois que tu as eu tort. Je suis sûr. Je suis capable de le prouver. Écrivez-moi dans PM.



Écrire un message